Home Blog

Se connecter



Compteur de visite

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui29
mod_vvisit_counterHier50
mod_vvisit_counterCette semaine208
mod_vvisit_counterCe mois1323
mod_vvisit_counterTout62459

Le bilan de puissance

Comment calculer la Puissance qu'il vous faut ?

Il faut bien noter que la puissance d’une installation n’est pas la somme arithmétique des puissances des récepteurs, pour la simple raison que les récepteurs ne fonctionnent pas tous en même temps ni en plein charge, d’où la nécessité d’appliquer des coefficients de simultanéité Ks et d’utilisation ku.

Le coefficient de simultanéité Ks s’applique à un ensemble de récepteurs ou circuits qui sont supposés non fonctionnels en même temps.
Exemples :


- Ks pour un tableau à plusieurs départs

 

 


-ks à appliquer pour un immeuble d’habitation ou des lotissements.


Le coefficient d’utilisation Ku s’applique à un récepteur qui n’absorbe pas la totalité de la puissance nominal.

 

 

Exemple :


- Les moteurs qui sont utilisés en général à 75% de leurs charges donc ku=0.75
- l’éclairage ku=1,une lampe est utilisé à 100% de sa puissance nominale.

L’élaboration donc d’un bilan de puissance nécessite La connaissance de l’installation (schéma unifilaire) et les modes de fonctionnement des récepteurs.

La méthode :


La méthode la plus simple pour faire un bilan de puissance d'une installation est :
1-Élaborer un schéma unifilaire synoptique de l’installation qui schématise la distribution (tableaux et circuits et récepteurs).
2-Noter sur le schéma les puissances apparentes absorbées des récepteurs.
3-Calculer la puissance d’utilisation des récepteurs en appliquant le coefficient Ku adéquat.
4-Sommer toutes les puissances des circuits d’un même tableau.
5-Appliquer le coefficient Ks à la somme obtenue pour déterminer la puissance du tableau
6-Sommer les puissances des tableaux en aval qui dérivent d’un même tableau amont.
7-Pour obtenir la puissance du tableau,multiplier la somme obtenue par le Ks selon le nombre de départs.
8-Continuer de la même façon jusqu'à l’amont de l’installation (le tableau générale basse tension).
La puissance finale obtenue sera multipliée par le cœfficient d’extension pour obtenir la puissance du transformateur.

Exemple : Bilan de puissance d’un atelier (machines)avec un petit espace bureaux et éclairage extérieur.


 

 Introduction au dimensionnement d'une installation électrique

 
Une installation électrique est un ensemble cohérent d’appareillage, câbles, circuits et récepteurs, le dimensionnement d'une installation électrique implique le choix optimal des éléments de l’appareillage, les câbles et les récepteurs.
 
L’appareillage

Trois fonctions de base à assurer par le biais de l’appareillage électrique :

1-La fonction protection :
Il existe plusieurs types de protection :
-La protection des biens (les équipements et câbles)
-La protection des personnes contre les contacts indirects
-La protection des machines contre l’échauffement

2-La fonction sectionnement :
Le sectionnement d’un circuit implique son isolation du reste de l’installation, dans le but de la sécurité des personnes en cas de maintenance

3-La fonction commande
Permet de mettre en tension ou hors tension un circuit, on distingue essentiellement
-La commande des machines par des contacteurs
-La coupure d’arrêt d’urgence
-La coupure pour entretien mécanique

Les câbles

Les câbles sont considérés comme les piliers d’une installation électrique, en outre un surdimensionnement engendre des surcoûts dans la réalisation du projet, par contre un sous dimensionnement peut engendrer des échauffements et causer un dysfonctionnement de l’installation électrique, d’où la nécessitée d’un dimensionnement optimal.

Le dimensionnement optimal des câbles doit tenir des conditions suivants :
- Le mode de pose et la nature des milieux traversés
- La température extrême du milieu ambiant
- La tension et la nature du courant
- L'intensité à transporter
- La nature de l’âme
- La longueur de la liaison
- La chute de tension admissible
- La valeur du courant de court circuit et le temps de coupure sur défaut